Louise

Bassin

Visible Galerie 28 à REIMS

  • 53 cm
  • 45 cm
  • 7 kg
  • 63 cm
  • 9 kg

QUELQUES GALETS DE FEMME (suite)

De quoi fournir une prière
À l’homme qui n’a plus d’église.
Aux cris d’oiseaux dans les embruns,
J’en appelle à l’universel.
Et c’est, venu de l’invisible,
Un corps féminin qui répond.
Sa beauté me sauve et m’invite,
Au-delà de ma solitude,
À des horizons fabuleux.
Ce fragment d’infini déposé par le
vent...
Pour un naufragé, c’est miracle.
Je suis Ulysse exclu des vagues
Et justifié par la pente aux galets,
Où se découpe, à contre-jour,
Au-dessus de mon corps,
Le corps enchanteur de Nausicaa.
Un corps de rêve auprès d’un
corps d’écume...
Et nos mains de désir se confient
sans parole
Avant de s’épouser.
Pour que le paradis revienne
Il suffit de deux nudités.
Et dans mon coeur, j’emporte ces
galets
Jusqu’au port de ma destinée...
Ils me serviront de viatique
En la beauté du monde.

Malte LEHM © 2019 – Tous droits réservés. – Création : www.laparenthesecreative.fr 
Mentions légales